Scoop:

Grand Inga : le gouvernement en quête des fonds

333 Vues

Grand Inga : le gouvernement en quête des fonds

Pendant ce temps, les organisations de la société civile dénoncent l’état d’abandon  de la centrale Zongo I depuis plus de 15 ans

 

La centrale hydroélectrique de «Zongo I» totalise ce 23 octobre 2016 61 ans d’existence. Une occasion que saisissent pour des organisations de la société civile en RD Congo pour fustiger l’état d’abandon de cette centrale électrique qui a desservi pendant longtemps une grande partie de la ville province de Kinshasa.

Selon ces organisations de la société civile, c’est depuis plus de 15 ans que la centrale Zongo I se trouve dans un état d’abandon total. Ce qui est encore regrettable, c’est que le gouvernement est en quête de fonds pour la construction de Grand Inga, alors que l’ancienne centrale électrique de «Zongo I» est abandonnée à son triste sort.

Ce plaidoyer est lancé pour convaincre le gouvernement congolais à faire réhabiliter ce barrage. Pour les organisations locales de la société civile, «on ne peut pas comprendre que le gouvernement s’emploie à construire d’autres barrages électriques, pendant que celles qui existent  connaissent des pannes sans que cela interpelle l’Etat congolais pour leur réhabilitation.

Outre Zongo I, Inga I et Inga II font aussi face aux mêmes problèmes de turbines (groupes) qui sont en panne ne sont toujours pas réhabilitées», a soutenu l’un des représentants de la société civile.
Concernant le barrage de Zongo I, sur les cinq groupes qui le constituent, deux seulement fonctionnent. On déplore l’inexistence d’un projet en perspective pour sa réhabilitation.

Réhabiliter «Zongo I» est aussi une priorité

Les organisations de la société civile tiennent à la réhabilitation de «Zongo I». C’est pourquoi elles ont fait entendre leur voix lors de la réunion tenue dans le cadre du Projet d’appui au plaidoyer pour l’accès inclusif à l’énergie financé par OSISA (Open society initiative for southern Africa).

Ces organisations de la société civile appellent le gouvernement congolais à trouver des solutions aux problèmes récurrents de manque d’énergie électrique dans les grandes villes du pays, pour ne pas parler de l’ensemble du pays.
«Il ne faut pas commettre l’erreur de négliger la centrale hydroélectrique de Zongo I, d’autant plus qu’elle a beaucoup servi le pays durant plusieurs années, pour privilégier la construction de Zongo 2, dont les travaux sont à plus de 70 % sur le point d’être achevés.

Cela, grâce au concours de l’entreprise chinoise Syno Hydro», a aussi fait remarquer ce représentant de la société civile.

Kinshasa doit beaucoup à Zongo I

Il sied de noter que même avec deux machines en fonction, Zongo I continue à desservir une bonne partie de Kinshasa en énergie électrique. C’est le cas d’une partie de la commune de  Gombe et des quartiers Badiadingi, dans la commune de Mont Ngafula, Lemba Salongo, Camp Kabila, et autres.

Pour rappel, la centrale hydroélectrique de Zongo émane de la division centrale de Zongo et Sanga de la Direction de la production Ouest de la SNEL dans la province du Kongo central.

Sa puissance installée totale est de 75 mégawatts et elle est équipée de cinq groupes (3 x 13 Mw) + (2 x 18 Mw). Les travaux de construction de ce barrage avaient débuté à l’époque coloniale, le 10 mars 1951. Et ses trois premiers groupes ont été inaugurés le 23 octobre 1955, et les deux derniers en juin 1965.

Par L. Kazadi T.



Dans la même rubrique



Commentaires