Scoop:

Solution à la crise politique en RDC : Joseph Kabila en déphasage avec sa Majorité Présidentielle

995 Vues

Solution à la crise politique en RDC : Joseph Kabila en déphasage avec sa Majorité Présidentielle

Alors que la MP lance les quolibets aux princes de l’Eglise catholique de la RDC dans leur mission des bons offices, le président sortant exhorte, quand à lui, la CENCO à poursuivre sa mission de bons offices  

 

Vendredi dernier, quelques heures après que la Commission Episcopale Nationale du Congo (CENCO) ait rendu public les résultats de ses bons offices auprès de la Majorité Présidentielle(MP) et du Rassemblement des Forces Politiques et sociales acquises au changement, la Majorité Présidentielle a déclaré que la mission de la CENCO avait échoué et qu’il fallait appliquer l’accord politique du camp Tshatshi sans désemparer.

Lundi , le président de la République a demandé à la CENCO de poursuivre sa mission et d’aider à trouver un compromis entre la Majorité Présidentielle et le Rassemblement. Un point de vue tout différent de celui de la Majorité Présidentielle. Ce qui pousse certains observateurs à croire que le chef de l’Etat sortant est en déphasage avec sa MP.

Désaveu de la Majorité Présidentielle

Les questions que l’opinion se pose sont celles de savoir pourquoi la Majorité Présidentielle a-t-elle un jugement différent de celui du Président de la République sur les résultats obtenus par la CENCO ? La Majorité Présidentielle est-elle en contact avec le Président de la République ? La Majorité Présidentielle avait-elle consulté le Président de la République avant de se prononcer?

Pour Me Jean-Claude Katende, président national de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’homme (ASADHO), le renouvellement de la confiance du président de la République la CENCO est un désaveu de la Majorité Présidentielle.

Si les ténors de la Majorité Présidentielle étaient sérieux, ils démissionneraient devant un tel désaveu, a–t-il dit.
Me Katende estime qu’à l’approche du 19 décembre 2016, la politique de chacun pour soi commence à s’installer au sein de la Majorité présidentielle.

Pour rappel, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, a encouragé le lundi 5 décembre dernier la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) à poursuivre sa mission.

Les évêques encouragés

Selon un communiqué de la présidence lue à la télévision publique, le président Kabila a reçu les évêques catholiques après avoir pris connaissance, «par voie des médias, d’un communiqué de la CENCO faisant état de quelques difficultés rencontrées et des réactions diverses à cette communication ».

Le document de la présidence indique que la délégation de la CENCO a présenté à Joseph Kabila «un rapport d’étape sur la mission de bons offices, consistant à approcher les autres acteurs de l’opposition n’ayant pas participé au dialogue, en vue d’obtenir un plus large consensus sur l’accord politique, pour l’organisation des élections apaisées, crédibles et transparentes en RDC, signé le 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union africaine».

Selon le même communiqué, Joseph Kabila a déclaré son attachement au respect de la constitution et à l’accord politique du 18 octobre en tant que feuille de route relative au règlement des divergences sur l’organisation du processus électoral en RDC.

Après avoir été reçu par le président Kabila, le président de la CENCO a déclaré : «Nous avons été fortement encouragé par le président de la République à poursuivre cette mission pour l’intérêt supérieur de la nation. Nous allons produire un communiqué conjoint qui dira de quoi il est question».

Des négociations directes entre la MP et le Rassemblement vivement souhaitées

Au cours d’une conférence de presse animée vendredi 2 décembre 2016 à Kinshasa, les évêques catholiques ont plaidé pour des négociations directes entre le Rassemblement politique et les parties prenantes au dialogue de la Cite de l’Union africaine en vue d’éviter au pays de sombrer dans le chaos. Après cette déclaration, les délégués de la Majorité présidentielle au dialogue avaient affirmé prendre acte de l’échec de la mission de la CENCO.

  «Nous prenons acte de l’échec de la mission de la CENCO du fait des contradictions flagrantes au sein des forces politiques et sociales non signataires de l’accord politique et certaines de leurs exigences attentatoires à l’esprit et à la lettre de la constitution de la République», avait déclaré  Geneviève Inagosi, rapporteuse-adjoint de la délégation de la MP au dialogue.

Les délégués de la MP « regrettent le temps inutilement perdu qui a énervé le calendrier politique convenu par les parties prenantes au dialogue politique pour la préparation d’un processus électoral fiable et apaisé ». Ils  ont lancé un appel au Président de la République et aux autres institutions compétentes ainsi qu’au facilitateur du dialogue à poursuivre la mise en œuvre de l’accord politique signé le 18 octobre.

Pour la préparation d’un processus électoral fiable et apaisé, indique-t-elle, la Majorité présidentielle plaide pour la mise en œuvre de l’accord du 18 octobre dernier qui permet à l’actuel chef de l’Etat de rester en fonction au-delà de 2016.

Pour sa part, l’opposition politique signataire de l’accord continue à saluer les efforts de la CENCO de rechercher un plus large consensus au sein de la classe politique congolaise. Ils ont salué également l’initiative de la CENCO qui appelle tous les acteurs politiques à parvenir à l’unique finalité de l’accord, à savoir : l’alternance politique pacifique dans un délai raisonnablement court.

Par Godé Kalonji



Dans la même rubrique



Commentaires